vendredi 9 juin 2017

La vie devant soi de Emile Ajar

Titre : La vie devant soi

Auteur : Emile Ajar (Romain Gary)


Editions : Folio


Prix : 6.50€


Genres : Historique, Contemporain, Amitiés 


Synopsis : Madame Rosa, une vieille juive qui a connu Auschwitz et qui, autrefois, se défendait (selon le terme utilisé par Momo pour signifier prostitution) rue Blondel à Paris, a ouvert « une pension sans famille pour les gosses qui sont nés de travers », autrement dit une pension clandestine où les dames qui se défendent laissent leurs rejetons pendant quelques mois pour les protéger (de l'Assistance publique ou des représailles des proxénètes). Momo, jeune musulman d'une dizaine d’années, raconte sa vie chez madame Rosa et son amour pour la seule « mère » qui lui reste, cette ancienne prostituée, devenue grosse et laide et qu'il aime de tout son cœur. Le jeune homme accompagnera la vieille femme jusqu'à la fin de sa vie.


Mon avis :


Je ne me serais jamais tourné de moi-même vers ce roman, qui est complètement hors de mon genre habituel, donc je remercie le prof de l'être pour cette recommandation. La Vie devant Soi a reçu le prix Goncourt en 75, détail qui aurait dans d'autres circonstances réussit à me faire fuir. Quand un livre est édicté « Prix littéraire », on s'attend à quelque chose de dense et complexe à lire, et même si ce n'est pas tout à fait faux ici, dans le sens où la plume de Romain Gary (ou Emile Ajar) est surprenante mais garde une certaine accessibilité.

Momo est garçon d'une dizaine d'années, recueilli dès sa plus tendre enfance par une vielle femme du nom de Mme Rosa, dont l'appartement du sixième étage fait office de pension pour les enfants dont les mères, bien souvent prostituées, ne peuvent s'occuper. C'est donc par la voix de ce petit garçon que nous découvrons la vie de Mme Rosa et des gens qui entourent Momo.

Ce roman possède une atmosphère immersive et particulière. On est véritablement plongé dans le Paris des années 70, dans ce quartier, dans la vie de ce petit garçon, qui est difficile et en même temps belle à découvrir.

Le style, lui aussi est très surprenant. On se détache complètement des codes littéraires pour retranscrire au plus proche les pensées d'un petit garçon, ses pensées ponctuées de fautes d'orthographe et établies avec une sorte d'oralité descriptive. Le point de vue de Momo est très intéressant à suivre, d'autant plus qu'il est empli d'une certaine naïveté, tout en sachant qu'avec la vie qu'il a, en résulte une certaine maturité contrastant très largement.

Ce qui m'a marquée dans ce roman, en plus des points déjà cités, ce sont ces personnages tellement charismatiques et forts qu'ils vous restent en tête. En soi, une vieille dame juive et un petit garçon musulman n'ont pas grand-chose en commun (et pas beaucoup plus pour attirer mon attention), mais ils ont cette relation quasi fusionnelle dans le sens où chacun n'a que l'autre dans la vie, alors autant s'entraider. Aucun d'eux n'a été épargné par la vie : Mme Rosa a été déportée à Auschwitz, subit de plein fouet la vieillesse ; Momo a été abandonné par ses parents, a dû grandir dans un environnement tout sauf sain et tout apprendre par lui-même. De chacun d'entre eux se dégage une force particulière.

Au final, c'est un roman que je vous conseille parce qu'il m'a beaucoup émue mais qui je pense ne plaira pas à tout le monde par son genre et son style très particulier.



Ma note :


10/10

Mes extraits :


« Moi ce qui m'a toujours paru bizarre, c'est que les larmes ont été prévues au programme. Ça veut dire qu'on a été prévu pour pleurer. Il fallait y penser. Il y a pas un constructeur qui se respecte qui aurait fait ça. »

« Moi, l'héroïne, je crache dessus. Les mômes qui se piquent deviennent tous habitués au bonheur et ça ne pardonne pas, vu que le bonheur est connu pour ses états de manque.[...] Mais je tiens pas tellement à être heureux, je préfère encore la vie. Le bonheur, c'est une belle ordure et une peau de vache et il faudrait lui apprendre à vivre. »


« Je devais avoir trois ans quand j'ai vu Madame Rosa pour la première fois. Avant, on n'a pas de mémoire et on vit dans l'ignorance. J'ai cessé d'ignorer à l'âge de trois ou quatre ans et parfois ça me manque. »

jeudi 25 mai 2017

L'équation de l'amour et du hasard

Titre : L'équation de l'amour et du hasard

Auteure : Jennifer E. Smith


Editions : Le Livre de poche


Prix : 6.90€


Genres : Romance, Contemporain,


Synopsis : Les probabilités pour que LE jeune acteur de moment et LA mademoiselle Tout-le-monde se rencontre ? Minimes, négligeable, voir nulles.

Et pourtant ... une simple faute de frappe dans une adresse email, et c'est le début d'un échange de messages irrésistibles entre Ellie et Graham.
L'amour serait-il en train de pointer son nez ?
Malheureusement, lorsque Graham débarque - par hasard ? - pour le tournage de son nouveau film dans la petite ville où vit Ellie, rien ne se passe comme dans les comédies romantiques ...
Si le destin vous envoyait un email, y répondriez-vous ?

Mon avis :



Ce récit me fait dire que je ne suis vraiment pas fan des romances, et que je m’abstiendrais à l'avenir de me plonger dans ce genre de lecture. Ce n'est pas que le livre était mauvais, juste que je n'y suis pas attaché. 

Dans ce roman, on rencontre Ellie, habitante de la petite ville d'Henley dans le Maine et Graham, star montante du cinéma âgé de 17 ans. Un jour, Graham se trompe d'adresse mail et commence une conversation avec Ellie, sans qu'elle sache sa véritable identité. Entre les deux jeunes s'installent une relation presque amoureuse, et de nombreuses péripéties dû notamment au passée de la jeune fille et aux paparazzi qui suivent sans cesse le jeune homme.

Mon problème avec ce roman, c'est qu'il rassemble la plupart des clichés que je déteste voir en romance. Honnêtement j'ai levé les yeux au ciel un certain nombre de fois, à cause de facilité narrative, ou de scènes d'une niaiserie extrême. Ces petits moments cassent la lecture, et empêche un réel intérêt pour le récit.

Ellie est une jeune femme attachante, qui doit faire face à de nombreux changements dans sa vie, suite à l'irruption de Graham et de toute sa pression médiatique, mais aussi à cause des nouvelles opportunités que lui apportent sa vie. Graham, de son côté, m'a paru assez fade. Je ne trouve pas qu'il dégage quelque chose de particulier, une sorte d'essence humaine. Il reste plat sur le papier, si vous voyiez ce que je veux dire.

Le développement de l'aspect médiatique n'était pas assez poussée selon moi. Je pense que l'auteure aurait pu aller encore plus loin sur ce sujet là. (Après dans ma tête j'ai le sublime exemple du Contrat, de Nina Hazel, qui en fait une magnifique exploration)

C'est un roman qui se laisse lire, mais qui ne me marque pas vraiment. C'était une romance mignonne, qui nous fait sourire et avec laquelle on passe un bon moment.

Ma note :


4/10

Mes extraits :



"- Wouoh oh !
- Quoi ?
- J'ai oublié mon portable.
- Et alors ?
- Alors comment je suis censé faire pour t'envoyer des mails, maintenant ?
- J'imagine qu'on va juste être obligés de se parler..."

 "Il avait lu les scripts : il savait comment l'histoire était censée se dérouler. Le garçon rencontre la fille. Le garçon plaît à la fille. Le garçon embrasse la fille.
Et après ? Après les possibilités sont infinies. Mais une chose est sûre, cette situation là n'en faisait pas partie : être planté là, du mauvais côté de la porte, sans avoir la moindre idée de ce qui avait pu se passer.
Il avait cru que c'était le début de quelque chose. Mais de toute évidence, elle avait changé d'avis"

mercredi 24 mai 2017

Top 3 Fantasy - Vidéo

Hello ! Aujourd'hui je vous partage la vidéo du jour, où je vous parle de 3 romans fantasy que je vous conseille particulièrement. J'espère qu'elle vous plaira !


(on remarquera, que pour une fois, j'ai réussi à faire une miniature qui rentre dans le cadre ^^) 

Bisous,
Laure.

mercredi 17 mai 2017

Update lecture 17/05/17 - Vidéo

Hello ! Aujourd'hui je vous parle en vidéo de mes dernières lectures.


Bisous,
Laure. 

samedi 6 mai 2017

Malenfer #4 de Cassandra O'Donnell

Titre : Malenfer #4 : Terres de Magie, Les Sorcières des Marais

Auteure : Cassandra O'Donnell

Illustrateur : Jérémie Fleury

Editions : Flammarion Jeunesse

Prix : 10€

Genres : Jeunesse, Fantastique, Fantasy, Aventure

Synopsis : Gabriel et Zoé se sont cachés dans les Terres de magie, après la disparition de leur ville Wallangar et de leurs amis. Parmi les sorcières des marais de Houquelande, ils découvrent un nouveau monde régi par ses propres règles. Alors que Zoé semble prendre conscience de son immense pouvoir, Gabriel doit l’aider à maîtriser mieux sa force pour défendre leurs amis. Un grand défi les attend...

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens à remercier Cassandra O'Donnell pour cet envoi, sachez néanmoins que mon avis reste sincère.

J'avoue avoir été un peu surprise de trouver ce roman dans ma BAL, sachant que je n'ai pas lu les trois premiers. J'avais déjà au l'occasion de lire les deux tomes de l'autre série jeunesse de Cassandra O'Donnell, Sombreterre, que j'avais bien aimée. Découvrir Malenfer par ce tome a été un peu difficile, mais une belle lecture tout de même !

Zoé et Gabriel sont deux enfants très particuliers, puisqu'ils sont les héritiers d'un monde magique. Ils possèdent tous les deux de grands pouvoirs, et sont entourés par des créatures tout aussi puissantes. Ensemble, ils vont parcourir cette terre fantastique, puisque leurs ennemis cherchent à leur nuire par tous les moyens, et qu'il leur faut fuir.

Dans Malenfer, on découvre un univers et des créatures surnaturelles très intéressantes ! Ce tome-ci ne nous laisse entrevoir qu'une petite partie de tout cela, et nous donne pourtant envie d'en découvrir beaucoup plus !

Le duo Zoé/Gabriel est très attachant, ils sont aussi têtus l'un que l'autre et c'est justement ça qui les rend si adorables. Ils sont pourtant assez différents, et ma préférence va pour Zoé, qui est une petite fille très altruiste et en même temps lucide.

J'aime toujours autant le style de Cassandra O'Donnell, qui ici fait un très beau travail sur ses séries jeunesse. Le coup de crayon de Jérémie Fleury est vraiment agréable (même si j'y connais pas grand-chose ^^ ), et apporte au roman quelque chose de sympathique.

J'ai assez hâte de découvrir la suite de ce tome-ci, mais aussi de découvrir le premier cycle. Comme le dit Cassandra, je pense qu'on peut commencer par ce tome 4, mais qu'il est préférable de les lire dans l'ordre, pour pouvoir réellement s'attacher aux personnages.


Ce roman a été une très bonne surprise, et je vous le conseille vraiment, même si comme moi vous n'êtes pas branché roman jeunesse.  

Ma note :

7/10


lundi 1 mai 2017

Just One Avril 2017

Hello ! Aujourd'hui je suis très contente de vous présenter un Just One. Cela fait une éternité que je n'en ai pas fait, et c'est dommage puisque c'est un genre de billet que j'aime beaucoup rédiger, et que vous aimez aussi (enfin je crois ^^). Trêve de bavardages, passons à mon petit bilan lecture de ce mois d'avril 2017 !

"Voici un nouveau rendez-vous pour compléter mon bilan du mois. Il s'agit de faire un choix, juste un, d'où le titre, parmi plusieurs catégories. Cela permettra peut-être de donner encore plus envie aux lecteurs de  découvrir l'ouvrage en question." Viens du blog de Louve.
(Vu sur le blog d'Audrey)

1. Un coup de Cœur


"J'ai avalé un arc-en-ciel", d'Erwan Ji, est définitivement mon coup de cœur de ce mois, et l'une des plus belles découvertes de ce début d'année.


2. Un univers


J'ai été surprise par la beauté de l'univers de "Malenfer", même si, commençant par ce nouveau cycle, je n'en ai certainement pas vu la moitié.


3. Un personnage

J'ai adoré découvrir Cyrano de Bergerac, un personnage complexe.


4. Un couple

This is complicated ^^

5. Une histoire

Ce n'est pas vraiment une surprise, mais celle qui m'a le plus touché ce mois-ci est celle de "J'ai avalé un arc-en-ciel". 



6. Une déception

Je n'irais pas jusqu'à dire que ce livre est une déception. C'est juste qu'avec tous les éloges que cette pièce a, je n'ai pas trouvé ça si fantastique... C'est un triangle amoureux en poésie quoi ^^


7. Une émotion

Un jour je trouverais quoi répondre à cette question (ou je la changerais, si vous avez des idées je suis preneuse :) ) .

8. Un futur époux


Raphaël ?
(Oui je ne suis pas original, et je crois que c'est la cinquième ou sixième fois que je mets ce personnage dans cette catégorie, mais que voulez-vous...)


Livres lus et chroniqués :
Livre lus mais encore chroniqués :

Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand
Bérénice, Racine
Malenfer #4, Cassandra O'Donnell

Bisous,
Laure. 

samedi 29 avril 2017

Rebecca Kean #6 de Cassandra O'Donnell

Titre : Rebecca Kean #6, Origines

Auteure : Cassandra O'Donnell


Editions : J'ai lu


Prix : 12.50€


Genres : Fantastique, Bit-lit, Romance, Urban fantasy


Synopsis : Une bande d'illuminés et de créatures magiques fanatiques ont discrètement envahi mon territoire, ma meilleure amie est tombée enceinte (on ne sait comment) de son amant muteur, ma fille est en train de se transformer en "ange de la mort" et je m’apprête à entamer l'un des voyages les plus terrifiants de ma vie.... pas de doute : cette fois, j'ai vraiment besoin de vacances.


Mes chroniques des tomes un, deux, trois, quatre et cinq.
SPOILERS TOME 5
Mon avis :


La saga Rebecca Kean est une série d'urban fantasy que j'adore, et dont j'apprécie énormément les personnages et l'univers. Après 3 ans d'attentes, je me suis lancée avec hâte dans ce tome 6 !

Dans ce volume, nous retrouvons Rebecca, maintenant devenu reine des Vikaris, qui dans son rôle d'Assayim doit faire face à de nouvelles difficultés, qui cette fois-ci menacent toute la communauté de Burlington. L'intrigue, dans ce tome, prend une demeure plus politique.

J'ai adoré le fait que le nouveau statut de Rebecca prenne de la place dans ce tome, dans le sens où on voit beaucoup les Vikaris. On en apprend encore plus sur leur façon de voir les choses (j'irais pas jusqu'à dire qu'on les comprends, mais bon, c'est le principe ^^ ). Les Vikaris sont des personnages comiques par leur étrangeté et leur vision si radicale des problèmes.

Nous apprenons énormément de choses durant ce 6ème roman, premièrement sur Rebecca et ses origines (rapport aux titre, tout ça ^^ ), qui se révélaient déjà depuis quelques tomes, mais qui se confirment ici. Rebecca nous montre aussi une autre face d'elle, plus 'humaine', et aussi plus fragile. Elle qui était jusqu'ici resté sans pitié devant toutes les situations auxquelles elle était confrontée réagit avec plus d'émotions. Raphaël, lui aussi, dévoile beaucoup de ses secrets. On a la confirmation de ses origines, et d'éléments de sa vie qu'on suspectait déjà depuis quelques tomes (perso je l'avais vu venir, mais ça ne gâche rien) . Alors tout ça mélangé, ça donne des théories qu'on a hâte de confirmer !
Leonora, elle aussi, fait des siennes. La jeune femme est aussi douée en amour que sa mère, et s’entraîne dans des situations qui n'ont pas encore divulgué tous leurs secrets ! J'ai plutôt hâte de savoir avec qui elle va finir.

La fin de ce tome est tout simplement sadique, et j'attends avec grande impatience la suite de la saga !

Le seul point qui m'a dérangé et même plutôt surprise c'est les soucis de ponctuation dans ce tome. Les dix points d'exclamation, ce n'est pas forcément nécessaire ! Sachant le retard de publication qu'a subit ce tome, j'en suis un peu déçu.


Si vous êtes fan d'urban fantasy, je vous recommande évidement de vous lancer !

Ma note :

9.5

Mes extraits :

"Elle me jeta un regard soupçonneux.
— Qu’est-ce que tu as encore fait ?
J’ouvris la bouche puis la refermai, vexée.
- Rien. Pourquoi est-ce que tu… ?
Elle me lança un regard appuyé.
— Tu as exactement la même expression que lorsque tu étais petite et que tu avais fait une grosse bêtise…
Madeleine s’esclaffa.
— Exact ! On l’appelait la tête qui fait « oups ».
Elle me dévisagea attentivement.
— Qu’est-ce que tu as fait ?
Je ne répondis pas et poussai rageusement la porte de la maison.
— Bon vous entrez oui ou non ?"

" Comme le disait si bien Grand-mère : « En cas de problème, tu dois te concentrer sur les choses importantes, c’est-à-dire, sur celles qui peuvent te tuer.  "